Centre Européen
de Recherche et d'Enseignement
des Géosciences de l'Environnement

La transition Plio-Pléistocène : données, mécanismes et impacts sur l’évolution de l’espèce humaine

L'Association Française pour l'Étude Quaternaire organise le jeudi 23 novembre une journée sur le thème de la transition Plio-Pléistocène.

Les cycles glaciaires-interglaciaires n’ont pas toujours existé. Ces alternances climatiques entre la présence d’immenses calottes de glace sur les hautes latitudes de l’Hémisphère Nord et des périodes plus chaudes où seules des reliques de ces calottes subsistent se mettent en place autour de la transition entre le Pliocène et le Pléistocène, durant laquelle la température baisse, permettant le développement de la calotte de glace du Groenland vers 2,7 millions d’années. Avant cela, durant le Pliocène, le climat était plus stable, plus chaud, d’environ 2 à 3°C de plus qu’à l’actuel. Alors que les hautes latitudes boréales étaient quasi-exemptes de glace terrestre, les latitudes tropicales étaient plus humides et l’étendue des déserts réduite. C’est la période durant laquelle se sont développées différentes espèces d’australopithèques, aussi bien dans la vallée du Rift (la fameuse Lucy) qu’en Afrique centrale et australe. Ce foisonnement d’espèces est le précurseur du genre Homo, dont l’apparition est contemporaine de l’intensification des glaciations de l’Hémisphère Nord qui a lieu lors de la transition Plio-Pléistocène.

Au cours de cette journée de l’AFEQ,  Clara Bolton (CEREGE) et Ian Bailey (U. Exeter) nous expliqueront les changements observés dans l’océan à cette époque ; ensuite nous explorerons les causes et les mécanismes de cette détérioration climatique avec Gilles Ramstein (LSCE) et Didier Paillard (LSCE). Enfin, Doris Barboni (CEREGE) et Jean-Renaud Boisserie (iPHEP) nous exposerons les conséquences de ces changements sur le climat et la végétation en Afrique et le lien avec l’évolution de l’espèce humaine.