Centre Européen
de Recherche et d'Enseignement
des Géosciences de l'Environnement

Hommage

Didier Bourlès

Didier Bourlès, fondateur du LN2C, nous a quitté le 1er Mars 2021. Il nous a quitté, bien trop vite et beaucoup trop tôt. Dure épreuve pour le Cerege de perdre un collègue, un ami. Enseignant Chercheur d’exception, il alliait parfaitement les différentes facettes (enseignement, recherche et responsabilités) de ce métier avec cet enthousiasmant excès que nous aimions tant chez lui. Il était un enseignant passionné et passionnant que les étudiants adoraient jusqu’à littéralement l’applaudir. Mais il était avant tout un chercheur d’exception, un chercheur brillantissime. Il a été le premier, avec l’équipe du CSNSM, à effectuer la mesures du beryllium à faible énergie (3MV) sur le tandétron de Gif sur Yvette. Fer de lance de l’analyse des nucléides cosmogéniques en France et dans le monde, il a initié de multiples collaborations innovantes et fructueuses, au sein du CEREGE, au niveau national et international. Un parcours remarquable et remarqué au sein de la Physique, puis des Géosciences.

Nombre de scientifiques ont suivi son exemplaire et brillant parcours ainsi que sa vocation. Il excellait à  sentir les « bons coups » scientifiques à la pointe de l’innovation.  Son dynamisme et son goût pour la recherche ont fait de lui un pionnier des nucléides cosmogéniques, à l’origine des grands challenges du domaine.

Il est recruté au CNRS comme chercheur en 1982 au CSNSM d’Orsay, finalise sa thèse d’Etat en 1988, suivi d’un séjour post doctoral au MIT. En 1994 il est médaillé de bronze du CNRS. C’est en 1998 qu’il est recruté sur un poste de Professeur à l’université et intègre le CEREGE.

Brique après brique, il construit ASTER, et en fait ce laboratoire d’exception qui  rayonne aujourd’hui en Europe et dans le monde. A la tête du Laboratoire National des Nucléides cosmogéniques (LN2C : Accélérateur MS ASTER et laboratoire de préparation ASCHIM), il a poursuivi le développement et les applications des nucléides cosmogéniques en géosciences en encadrant toute une génération d’étudiants qui, maintenant recrutés forme un maillage complet et efficace dans des thématiques aussi variées que la sédimentologie, la tectonique, la paléoclimatologie, l’anthropologie.  

Pour rester toujours à la pointe, il convainc le CNRS, la Métropole et le Conseil Régional en 2018 de financer une nouvelle ligne d’analyse de l' Al-26) avant son départ en éméritat à l’été 2020. Cette extension est maintenant installée sur ASTER. 

Une carrière exceptionnellement riche, le tour de monde des nucléides cosmogéniques : Les Etats Unis, Orsay, puis Aix-en-Provence, et de très nombreuses collaborations nationales et internationales.

Son dynamisme, sa curiosité et sa passion ont fait de lui un moteur pour la géochimie française et l’utilisation des nucléides cosmogéniques pour quantifier les processus, les dynamiques, les risques naturels et le climat. 

Sa disparition est une perte considérable pour les géosciences et leur communauté.

Didier était un chercheur remarquable, un scientifique passionné et d’une très grande rigueur, convaincu par la recherche publique et convainquant dans sa Recherche. Le CEREGE a perdu, outre une personnalité emblématique du laboratoire et de son histoire,  l’un de ses scientifiques les plus efficients et pertinents. La vie d’ASTER en France et la vie du laboratoire ne résonneront plus de la même façon.  Ce départ prématuré n’aura pas permis la pleine expression de son art durant son éméritat qu’il attendait pour se consacrer pleinement à sa recherche.

Toutefois, ce « pilier » incontournable et historique de la recherche au CEREGE et au-delà , a créé une  « école cosmo », l’école Didier Bourlès, qui saura reprendre le flambeau et lui faire honneur. Ses proches collaborateurs, aujourd’hui dans une immense peine, mettront tout en œuvre pour maintenir le niveau d’excellence et poursuivre les développements techniques.

Didier a beaucoup donné à la Science mais pas seulement. Il restera pour nous ce collègue charismatique, sympathique, concerné, agréable et toujours entier, ainsi qu’un ami aussi enthousiaste que bienveillant. Une grande perte pour notre laboratoire et notre communauté.

 

Jérôme Balesdent

Jérôme Balesdent était ingénieur agronome, pédologue, docteur en sciences du sol et directeur de recherches INRAE au Cerege. Ses travaux portaient sur les matières organiques et la dynamique du carbone, les cycles biogéochimiques et l'évolution des sols. Le recueil ci dessous rassemble les témoignages de ses amis et collègues scientifiques ..